Cette série d'autoportraits a été réalisée à la chambre technique avec des temps de pose suffisamment longs pour enregistrer une idée de mouvement, de durée et de mémoire. Cette relation espace-temps engendre des changements pouvant aller jusqu'à de veritables métamorphoses. Celles-ci relèvent tantôt de l'aspect angélique de l'être, tantôt de son côté monstrueux.